Mirage

by Mathew James

/
  • Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

     name your price

     

1.
2.
3.
03:56
4.
5.
02:54
6.
04:00

about

J’ai souvent eu des visions par rapport à mon futur et à propos de ce que je voulais vraiment au fond de moi. J’ai rêvé à des chansons que je voulais écrire, à des scènes remplies à craquer, à des démarches artistiques que je voulais entreprendre. J’ai souvent admiré les artistes qui réussissaient à dire les choses simplement à travers les figures de style et la richesse des images projetées. J’écris de la musique à propos des rêves et des visions que j’ai depuis trop longtemps que j’me souvienne parce que je suis passionné par la création d’images que chacun est libre de s’approprier selon ses perceptions et son environnement. J’essaie que mes chansons puissent aller puiser dans l’imaginaire des gens, qu’elles leur fassent voir des scènes ou même des souvenirs. J’ai réussi à faire un bout de chemin dans l’accomplissement de ce que je voulais de mon art mais j’en voudrai toujours plus. Plus de chances, plus de moyens, plus d’ouverture, plus d’amour, plus de temps pour m’accomplir en tant qu’être humain doté d’intelligence et de créativité. Le rêve américain est un mirage parce que mes visions sont altérées par la réalité de mon milieu, par les choses déjà misent en place, par et par l’argent. Les médias contrôlent l’information, je ne juge pas de la qualité parce que moi-même j’en consomme et j’apprécie beaucoup de choses sérieusement, mais j’ai l’impression qu’on y voit trop souvent les mêmes visages, on entend trop souvent les mêmes artistes, les mêmes genres, on va t’aider seulement si tu fais partie de la gang et si tu parles comme eux. Devant ce monstre médiatique, je n’ai pas eu le choix de «taper ma trail» en parallèle et d’apprendre ce que je devais apprendre pour exploiter ma richesse intérieure et pour pouvoir la partager parce que j’y croyais… vraiment. Le parcours de l’artiste autodidacte est un désert de mirages auxquels on veut croire mais qui nous pousse à notre fin…ou à notre faim; F.A.I.M. comme manger un gros steak saignant quand ça fait 28 ans que t’es perdu dans le bois.
C’est un rêve distorsionné par la réalité. C’est l’intensité d’un moment et son souvenir nostalgique. C’est la splendeur de l’automne à travers la mort de l’été. C’est rentrer au travail le lundi matin après avoir chanter devant des foules la fin de semaine. C’est la beauté d’une fille et tout le mal que ça peut te faire quand ça fuck. C’est l’illusion d’un oasis dans le désert de ma grosse maison vide. C’est jamais assez vrai…

credits

released December 5, 2016

Mathew James : Textes, beats, production, mastering. Je fait toute esti...

Vincent Desjardins : Le gars qui a commencer le ''Limbo'' beat
Simon Whitlock : Guitare (dernier tour de piste)
Pier-Antoine Deslauriers : Trombone (limbo)
Brian Meyers : Verse (limbo)

Un gros merci à Félix B. Desfossés pour les vynils qui ont inspiré une grande partie des beats sur le projet.

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

Mathew James Rouyn Noranda, Québec

Mathew James est un rappeur de Rouyn-Noranda réputé pour ses textes cinglants et ses rythmes inspirés de la culture urbaine. Jeunesse cruelle et instable en trame de fond, il relate de sa réalité Rouynnorandienne. Un cocktail mélangeant franglais, double vie et crise identitaire caractérisent son style teinté d’un mal être personnel et d’une recherche d’idéaux. ... more

contact / help

Contact Mathew James

Streaming and
Download help

Track Name: Prélude (c'pas une toune)
J’ai souvent eu des visions par rapport à mon futur et à propos de ce que je voulais vraiment au fond de moi. J’ai rêvé à des chansons que je voulais écrire, à des scènes remplies à craquer, à des démarches artistiques que je voulais entreprendre. J’ai souvent admiré les artistes qui réussissaient à dire les choses simplement à travers les figures de style et la richesse des images projetées. J’écris de la musique à propos des rêves et des visions que j’ai depuis trop longtemps que j’me souvienne parce que je suis passionné par la création d’images que chacun est libre de s’approprier selon ses perceptions et son environnement. J’essaie que mes chansons puissent aller puiser dans l’imaginaire des gens, qu’elles leur fassent voir des scènes ou même des souvenirs. J’ai réussi à faire un bout de chemin dans l’accomplissement de ce que je voulais d’mon art mais j’en voudrai toujours plus. Plus de chances, plus de moyens, plus d’ouverture, plus d’amour, plus de temps pour m’accomplir en tant qu’être humain doté d’intelligence et de créativité. Le rêve américain est un mirage parce que mes visions sont altérées par la réalité de mon milieu, par les choses déjà misent en place, par et par l’argent. Les médias contrôlent l’information, je ne juge pas de la qualité parce que moi-même je j’en consomme et j’apprécie beaucoup de choses sérieusement, mais j’ai l’impression qu’on y voit trop souvent les mêmes visages, on entend trop souvent les mêmes artistes, les mêmes genres, on va t’aider seulement si tu fais partie de la gang et si tu parles comme eux. Devant ce monstre médiatique, je n’ai pas eu le choix de «taper ma trail» en parallèle et d’apprendre ce que je devais apprendre pour exploiter ma richesse intérieure et pour pouvoir la partager parce que j’y croyais… vraiment. Le parcours de l’artiste autodidacte est un désert de mirages auxquels on veut croire mais qui nous pousse à notre fin…ou à notre faim; F.A.I.M. comme manger un gros steak saignant quand ça fait 28 ans que t’es perdu dans le bois.
C’est un rêve distorsionné par la réalité. C’est l’intensité d’un moment et son souvenir nostalgique. C’est la splendeur de l’automne à travers la mort de l’été. C’est rentrer au travail le lundi matin après avoir chanter devant des foules la fin de semaine. C’est la beauté d’une fille et tout le mal que ça peut te faire quand ça fuck. C’est l’illusion d’un oasis dans le désert de ma grosse maison vide. C’est jamais assez vrai…
Track Name: Dernier tour de piste
Dernier tour de piste

30 degrés sur la rue Guertin.
Pendant qu’tu niaise j’essaye d’écrire la fin d'l’été comme c’tait déja loin
derriere moi. V'la mon instinct qui m’revient,
j'me souviens qu’t’étais la mais j’pense tu faisais rien.

Well fuck it, sun is up pis moi j’lay down des lyrics sur une,
Une feuille de papier jaunie par la lumière dans ma cuisine.
La place est humide comme en amazonie time is running
Summer off It’s hard to start mais une fois décollé j’perd le fil du

Temps comme si j’tait dans un vaisseau dans l’espace,
Deux pied sur le gaz, la really j’perd le nord. After all c’est ça l’extase,
pas savoir c’est quoi qu’il se passe vraiment mais d’être encore vivant.
fuir le plan, devenir mythomane pis dire d’la marde

Ya rien d’plus plate qu’le middleclass, le guetto parle,
Pas le quartier mais celui qu’yer dans ma tête depuis longtemps
Qu’est-ce tu connais sur ma jeunesse pis la drive qu'j'ai en dedans ?
Fuck c’que disent les gens ! j’prend ça pour du cash pis j’criss mon camp

La musique vide c’pas mon trip. Shame on you, tu dois être tanné de t’mentir
pendant qu’crée des masterpieces la nuit avec mon team de vampires
Shout out a Félix pour les vynils pushed we get it flippin every weekend
sur des vieux releases des 70’s we bring it back and forth

comme Jean Leloup… comming through l’histoire
avec guitare a peindre le paradis sans voir le bout.
Fell in love un soir d’août, crazy girl de Noranda
qu’j’ai spotté live l’autre bord d’la rue, walking down the street

Avec ses cheveux long encore plus noirs qu’la nuit
I’m sorry girl I got to leave
don’t call on me, j’suis déja sur an other piece
du casse tête pis j’ai pas dormi…

C’est ça ma vie, sex, alcool, money please
shorty put it down on me…

Hell of a life... I never been so alive. Out of my mind
Leaving everything behind. feeling ahead of my time…
Living a lie, rouler a 100 miles a l’heure, rien en arrière
sortir une main par la fenêtre. revenir a rouyn sur la scène…

Hook 4x :

(Yeah demain j’reviens chez nous) Donc on va rouler toute la nuit,
3 café pour se rendre au boute a Rouyn sur' une route de pluie
Tous fuckés par le manque de sommeil. Dernier tour de piste
Hier c’tait l’dernier show d’la liste, mais c’est gravé pour la vie
Track Name: Mirage
Verse 1 :


Hier j’ai rêvé j’mourrais under water, Toujours eu peur d’me noyer,
Pris au fond tu perds tes moyens, Apparemment c’est horrible.
Presque mort, le dernier moment, I always wonder if you see it comming
Qu’est-ce qu’il se passe au bout d’la vie ? Ya nothing ?

Ou ya quelque chose qui dépasse mon knowledge
I don’t know, hope que ça ressemble a l’amour
Mais peut-etre que dans l'fond, j'm’en fait trop
Mais really les remords c’est nocif pour la tete,
I’m honest, la jeunesse m’a rendu fucking anxious…
I think I’ve learned my lesson.

Mais les blessures laissent des traces invisibles pour les yeux,
Juste des tableaux sur les murs qui donne un sens a tout c’que j’veux
Appart de ça le monde check comme si j’t’ais crazy,
Fuck you all Noranda made me, bien avant la technologie, I’m a 80’s baby

Ma vue dépasse la ville… Tous brulés par les mines
Le cash pis tout c’qui passe TV(A). C’est grave
T'as kill ton knowledge pour 10 piaces de plus de l’heure,
Money over everything I guess ca goute meilleur

Hook :

Même si c’est pas toujours le fun
J’ai tout fait pour le love
I’m sorry si ca fuck got to run
J’ai grow mon garden sur d’la roche
Mes racines goutent la coppe
Long way jusqu’au sommet, summer off !

Chu bien trop real pour qu’on se rapproche. Fucking had enough !
Les vrais amis ca s’achete pas parce que j’dois nothing a personne
Yeah ! Nothing a personne, sweet fuckall a personne
Rien appart ma personne, le reste tu touchera jamais ça. non

Verse 2 :

Quand j’t’ais petit, j’pouvais pas niaiser, tellement gêné
A l’école j’t’ais mêlé entre vouloir être aimé pis apprendre mes lessons
superstar d’la cour de récréation, pick le premier,
15 minutes de gloire, It’s all all about le sport, pis jouer dehors

L’ éduc c’tait nice aussi, for real…. les profs étaient fine with me
La musique c’tait mon rêve, asteur j’en fais that’s about life for me
J’ai encore le shake pendant mes shows j’explose.
La foule qui veut ma peau, j’ai chaud yeah Papa was a Rolling Stone, full of soul,

So j’run again, a Rouyn Sud y’a un phénomène
comme Morisson, full effect, c’t’un fait réel
You’re feeling me, ça m’fait d’la peine,
plein d’amour mais peu d’appel, pas reponse, pas sms
pas d’criss de chèque don’t give a fuck J’vais l’faire pareil

You can’t bring me down, kill me now, man j’suis immortel
rien a perdre, j’ai pas d’temps pour du niaisage qui mène a rien
Girl on s’appellera demain, ou d’quoi d’même !
Mais tu sais qu’chu pas game mais qu’on s’check de loin…
Last time on a fourré l’chien, studio lounge who to blame ?
Chaque fois c’est le même refrain.

Hook :

Même si c’est pas toujours le fun
J’ai tout fait pour le love
I’m sorry si ca fuck got to run
J’ai grow mon garden sur d’la roche
Mes racines goutent la coppe
Long way jusqu’au sommet, summer off !

Chu bien trop real pour qu’on se rapproche. Fucking had enough !
Les vrais amis ca s’achete pas parce que j’dois nothing a personne
Yeah ! Nothing a personne, sweet fuckall a personne
Rien appart ma personne, le reste tu touchera jamais ça… non

Bridge :

Don’t try to understand, you’re someone else, just try to be yourself
le moule c’est pour les faibles, there’s nothing less que d'faire pareil
I gess you’re scared of death ! J’veux jamais perdre
peu importe ou ça m’amène, j’aurai tout bâti de A a Z.

C’est vrai, j’suis éternel après la mort, les écrits restent
Get money spend it all, girl you will miss me when I’m gone
I’m on the run… Noranda sur mon coeur de bum
Working on my summer off, never been so high above the city
Track Name: Limbo (avec B. Meyers)
Verse 1 :

City kings dans crib...
Just saying, cercle d’amis man probably you wont fit in
Gros chilling, off limit.. bunch of girls dans cuisine
longue veillée pis 20 piaces au back gamon !

Les fins de semaines din chalets,
le vin d'dep les bohémiennes, du linge large
Le bien parlé, les belles filles qui restent polies
Les mêmes amis depuis way back qui stand solides

Du vieux rock dans mon char,
le volume a trente, les fenêtres baissées, le bras sorti dehors
Le vent dans ma coiffe, Les shades even quand qu’il fait noir
Ca fini tard dans un party a noranda nord

I got it, cute a mort, depuis l’temps du cegep
des fois elle me texte parce qu’lui donne plus de nouvelles
c’est chill, pis même encore la, once a while,
elle m’appelle pour fuck around a son appart.
What you get...

Nothing less que des problèmes, mon ex qu’y'était frontline
au show qu’on a fait last summer sous les spotlights
Au FME on connait tous les spots nices…
Got no time for your lies, non !

Ya Joanisse sur le piano, live devant l’morasse,
J’avais 2-3 verses soo on a jam juste le temps d’une biere
Get it right, can you feel it il y a quelque chose dans l’air
J'suis comme damm girl


Chorus (4x) :

40 people in the house right now
Check it out ya du limbo going on right now

Verse 2

Le son blast dans mon neighborhood
Il y a un backyard party dans ma cour
Afternoon plein people,everybody prend ça cool
B. Myers c’est le djay, le tien est pas assez fou

Non ! Paintball pour rituel
Welcome in the team si c’pas Dee Mack you never been.
Les crew members font des V signs pour represent
RN city kings, signe de piace over everthing..

Grosse batch de cheap champage,
le toast est dans l'parking arrière d’la Banque TD.
40 bouteilles drette live qui pop din airs
Ya tellement d’rappers dans l’spot, c’est comme 8 miles.

Cruel summer comming down en septembre
C’est le best time, pour bring thoses girls dans ma chambre
J’ai la grosse crib a Rouyn Sud si ça te tentes
Tu peux come over for real demain c’t'un dimanche.
Bien relax.


Chorus (4x) :

40 people in the house right now
Check it out ya du limbo going on right now

Verse 3 : B. Meyers

Crib full of bimbos, girl sur mon limbo pole
Feet sur la table, expose mes timbo jaunes
Oh baby baby, i… need… you
300 piasse, hao van’s chinese food
aiyo its on now, si sont down j’va voir a d’autres chose
Shit is so dope, B stands for braggadoccio
I stayed inside, huh le back against the wall
Les Shades and style passe y fait moins quinze dewors
Rock n roll will neva die, Chuck Berry still alive
Yeah tu connais le vibe, bin loin de vanilla ice
Limbo rock non-stop Chubby Checker
Bois dla booze dans un double decker, boom, bust ton bubble check ca
40 people in tha house right now, waiting for, forty more
Qui font des danses like wow
Tu me dis comment like how, qu’on a throw dat out
Deux fingers dans les air, Ain’t no time to back down

Chorus (4x) :

40 people in the house right now
Check it out ya du limbo going on right now
Track Name: Cruel
Verse 1 :

Longway jusqu’au nord…
never said I know it all
Dead body comming back d’la lumière après l'aurore
I’m on something, je l’sais pas, le spectre sort multicolore.. bless

Droit au coeur, c’comme une vieille blessure qu’on ramène
La fleche passe tout drette, parce qu’tu t’en rappelait.
No feeling when it’s happening,
you’re dead oublie pas qu’c’est jamais vrai, qu’la seule vie qui reste c’est c’que t’as fait

Planete terre il me reste half a life to have it all
Act of god, sur des pages d'histoires
Les salles remplies, pis la vagues de love
qui fly above, les mains dans les airs, comme a l’école, Le Rap money piling up,

C’est c’que j’appelle les cruel summer blues
Debout sur le rooftop, le coup d’vent qui coupe mon good mood me clou au sol…
It’s true love, le ciel est rouge sang d’amour sale
See you sun

Hook :

Views sur la ville, cruel summer rouge vif, ciel sollonel
Seul comme la mort, bless, dernier signe de paix
Coeur sur la main mais corps vieillis par la veille.

Hier j’savais rien, jeune naif sur la run
117, Montréal, Rouyn, rien appart mes guts
Toujours été ça, rap, hustle, vague de love
Money after all, more money after all


Verse 2 :

Time as past, looking through the glass...
Dernier coup d’grâce, it’s going fast,
Last summer wasn’t real, it was all a dream
Lazer beam, true colors comming out of me

Fly ! Noranda run boy, back to where I’m come from
Wave de love, started from the bottom…
Monte la côte sur la Lajoie,
Blood spill, going up, still doing things, never backdown

J’écoutais Pinkfloyd ‘’the wall’’, dans l’char,
Millieu d’fucking nul part, aik pleins d’thoughts sur la mort
Mais encore, I’m still rappin sur les planches du Paramount...
Still working all summer juste pour prendre un peu d’avance.

Fin août tu sens la brise, out pour la nuit
Running free dans l’street, c’est la vie !
L’été est passé, ciel bloody sur la ville…
souffle coupé par la scène, dernier tour de piste, bleed.
Track Name: 117 (remix)
Verse 1 :

On the run, on the run, j’peux feel le freedom...
Aint looking back, derriere ya personne...
Le Iron Man est phenomenal..
L’oasis was never real les plus naifs vont suivre le devil

Life’s a bitch and then you die,
Une nouvelle vie apres l'hiver
Half a millions miles, one thing in my mind
Don’t…try to kill my vibe. non ….

Who am I, 15 pourcents qui sort d’mon cerveau,
Le reste j’peux rien y faire, 85 qui dorment dans jello
le 9 to 5, le corps qu’y’en fait trop
Y’en aura pas d’facile, you want it all tu pars a zero

Job sted, 40h, pas d’break
Stack le bread dans l’bas d’laine
Quand j’part en fleche, ch’t’un renegade
sur la 117 I come again
Got one chance, no mulligan
Mon run game, c’t’un money game

j’connais rien que ca, je l'sens
jusqu’au fond d’moi meme,
That’s all I am, mort ou vif
viendra la fin, l’histoire est belle…

Tellement qu’ca m’donne la chienne
J’ai fait mon plan, mais c’pas pareil
Quand l’temps arrive,
Il viens fuck avec.

Killing me !
Love and hate la ligne est ou ?
hier tout était clair mais ca virer flou
I’ll fuck you up si tu m’tire encore

Can’t bring me down,
Until we die, on vit ensemble,
Girl Seul ensemble d’un silence d’or
Nos coeurs sang, dans une ville en cendres !

So we walk on water, Breaking walls comme Roger Waters
Never did it for the power…
Money talks and nothing maters, same story over and over..
Supernova ! Un seul rapper really real..ten thousand mother fuckers

Summer lover, bienvenue dans ma roller coater life
Montreal, I guess qu’elle l’aime pas juste mes beaux yeux
Love, realy Elle m’appelle son James Schilla, j’suis la
J’suis son best ever, hanging out au fme, all weekend

That crazy life va finir par me kill, shit is real
Mais c’est l’genre de story qu’tu vois dans un film
Can you see me, debout sur le toit d’la ville
Sans limites, work tes skills boy t’es loin d’être a ma cheville

Aint got no feelings pour pour ces filles affollées
Sorry, shit was fun encore mais fuck it j’ai pas d’love a donner
God I wish you had it for me, mon tout petit coeur a r’coller
1000 morceaux éparpillées depuis l’époque d’école du quartier , man I’m good for nothing...

I’m comming straight out d’cette ville la it’s all real
No turning backwords It Feels like I’m falling
Straight down from heaven, la chute libre qui s'enligne
en last one, après ca I'm nailling the coffin